Locavorisme : Manger local et bio

Le locavorisme est sans doute la manière de s’alimenter la plus écologique qui soit et elle séduit de plus en plus de monde même en-dehors des milieux alternatifs. Alors en quoi ça consiste et comment ça peut contribuer à sauver la planète ?

Les adeptes de ce mode de consommation en réalité pas si nouveau que ça s’appellent les locavores et leur pratique consiste à n’acheter que des produits alimentaires dont le lieu de production ne dépasse pas un rayon de 250 kilomètres. Dans l’idéal, il faut de préférence que les denrées, intrants et emballages n’aient pas été transportés grâce aux énergies fossiles. Les militants qui prônent cette façon de voir les choses sont souvent aussi proches de certaines mouvances comme l’altermondialisme et font également la promotion du bio et de la slow life (apprendre à mener sa vie plus lentement).

Il s’agit avant tout de retrouver une manière de vivre ancestrale comme la plupart des gens consommaient jadis. L’être humain était beaucoup moins gourmand en énergie et ne gâchait pas autant les ressources non renouvelables avant l’ère du pétrole et du gaz ayant précipité la société de consommation.

Privilégier les circuits courts permet aussi de soutenir l’économie locale et les petits producteurs qui ont malheureusement tendance à être surtaxés et surendettés. Achetez chez eux est en quelque sorte un geste éco-citoyen pour préparer un avenir durable puisque la toute première des richesses vient de la terre.

Aller au marché proche de chez vous est bien entendu l’initiative numéro un si l’aventure vous tente mais à condition d’éviter tout ce qui est exotique comme les bananes. Nous pouvons aussi citer les AMAP ou Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. On achète un panier de fruits et légumes au même prix chaque semaine. C’est aussi l’occasion de maintenir un lien social entre le vendeur et l’acheteur en limitant les intermédiaires. La Ruche Qui Dit Oui est par exemple un service fondé sur ce principe.

Certains magasins indépendants réunissent des aliments produits localement, tandis qu’on trouve parfois des agriculteurs et maraîchers qui proposent un site où on peut passer commande puis on récupère notre achat dans un lieu précis.

Enfin, mentionnons également la traditionnelle cueillette sauvage comme par exemple les orties riches en nutriments et poussant en abondance autour de nous ou encore le fameux plantain à condition de bien nettoyer notre récolte.

Tags :

About the Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *